+32 (0)78484520

Les opérations de maintenance préventive :

Les inspections : activités de surveillance consistant à relever périodiquement des anomalies et exécuter des réglages simples ne nécessitant pas d’outillage spécifique, ni d’arrêt de l’outil de production ou des équipements. 
Les visites : opérations de surveillance qui, dans le cadre de la maintenance préventive systématique, s’opèrent selon une périodicité déterminée. Ces interventions correspondent à une liste d’opérations définies préalablement qui peuvent entraîner des démontages d’organes et une immobilisation du matériel. Une visite peut entraîner une action de maintenance corrective. 
Les contrôles : vérifications de conformité par rapport à des données préétablies suivies d’un jugement. Le contrôle peut :
o Comporter une activité d’information 
o Inclure une décision : acceptation, rejet, ajournement 
o Déboucher comme les visites sur des opérations de maintenance corrective
Les opérations de surveillance (contrôles, visites, inspections) sont nécessaires pour maîtriser l’évolution de l’état réel du bien. Elles sont effectuées de manière continue ou à des intervalles prédéterminés ou non, calculés sur le temps ou le nombre d’unités d’usage.

Autres opérations :

Révision : 

     Ensemble des actions d’examens, de contrôles et des interventions effectuées en vue d’assurer le bien contre toute défaillance majeure ou critique, pendant un temps ou pour un nombre d’unités d’usage donné. 
     Il faut distinguer suivant l’étendue des opérations à effectuer les révisions partielles et les révisions générales. Dans les 2 cas, cette opération nécessite la dépose de différents sous-ensembles. 
     Le terme révision ne doit en aucun cas être confondu avec les termes visites, contrôles, inspections. 
     Les 2 types d’opérations définis (révision générale ou partielle) relèvent du 4ème niveau de maintenance.

Les échanges standards : 

     Reprise d’une pièce ou d’un organe ou d’un sous-ensemble usagé, et vente au même client d’une pièce ou d’un organe ou d’un sous-ensemble identique, neuf ou remis en état conformément aux spécification du constructeur, moyennant le paiement d’une soulte dont le montant est déterminé d’après le coût de remise en état. 
Soulte : somme d’argent qui, dans un échange ou dans un partage, compense l’inégalité de valeur des biens échangés.